Votre savoir-être en tant que leader

Pendant longtemps je me suis raconté que j’étais une personne axée sur l’accomplissement des choses qui savait très bien comment FAIRE, mais qui ne savait pas comment ÊTRE. J’entendais des collègues parler du concept de « savoir-être » et cela me semblait pendant longtemps quelque chose de complètement inaccessible pour moi.

Il y a quelques années, j’ai fait une présentation lors d’une conférence à Toronto pour parler de ma manière de regarder les équipes Agiles en utilisant les stades de Tribal Leadership. Le défi de cette présentation est qu’au travers du contenu des différents stades (voir la section « Tribal Leadership » dans ce manuel), je donne des étiquettes faciles que les leaders peuvent coller sur leurs gens.

Malgré mes meilleurs efforts pour gérer cela, il m’arrive souvent que des participants à ma séance viennent me voir suite à ma présentation pour me parler des gens de leurs équipes qui sont au deuxième ou troisième stade.

Lors de cette présentation en particulier, c’est exactement ce qui est arrivé. Deux participants sont venus me voir après ma séance et nous avons eu une conversation vraiment fascinante. Ils ont commencé par me dire comment ils avaient apprécié ma présentation et comment cela a nourri leur discussion pendant le dîner. Ils m’ont partagé comment ils avaient analysé les gens dans leur équipe et comment ils les avaient tous étiquetés.

J’ai été curieux et je leur ai demandé de me parler un peu plus de ce qui les amenaient à leurs conclusions. Ils m’ont décrit les comportements des gens ainsi que leurs paroles. La conversation a pris un virage intéressant quand je leur ai demandé ce qu’ils allaient faire de cette information. C’est facile de regarder les gens et de leurs coller des étiquettes, mais la vraie question était plutôt :

En tant que leader, comment allez-vous aider les gens à un stade différent sachant ce que vous savez maintenant?

Nous avons pris le temps de discuter de la distinction entre le leadership et la gestion. Nous avons aussi discuté du fait que ce sont nos actions et nos paroles qui font que nos équipes décident que nous méritons de les mener. Nous avons discuté du fait que recevoir une permission de mener implique aussi que cette permission peut nous être retirée. Nous avons conclu que c’est notre savoir-être en tant que leader qui dicte la durée de notre leadership.

Au travers de cette conversation, j’ai eu une épiphanie :

Wow… Et si envers et contre toutes mes pensées existantes, j’avais déjà une certaine façon d’être? Et si j’avais déjà du savoir-être sans même le savoir!

C’est comme si ça m’avait pris cette discussion afin de réaliser que j’en savais potentiellement plus sur le sujet que je ne le croyais possible au départ.

Comment définir le savoir-être

Je mène généralement à travers un principe simpliste : faire les bonnes choses pour les bonnes raisons. Parfois, faire la bonne chose, même pour la meilleure des raisons est la chose la plus difficile que vous allez devoir faire.

La beauté de mon principe est l’espace qu’il crée pour les gens autour de moi. S’ils me défient sur une idée, je peux les écouter; si je vois qu’eux aussi ont une bonne chose à faire ou de bonnes raisons pour agir de la sorte. Je peux aussi les entendre s’ils me montrent que l’on ne fait pas la bonne chose ou que mes raisons sont vraiment pourries.

Ce principe de base, avec tout ce qu’il peut impliquer, guide ma façon d’être comme leader et cela donne de la clarté aux gens concernant mes actions. Je considère automatiquement ce principe dans mon processus décisionnel. Tout cela m’a amené à me demander si le savoir-être peut se résumer à :

  • Être un peu plus conscients et amener de la pleine conscience à propos de qui nous sommes, de comment nous agissons et de ce que nous faisons.
  • Être plus conscients de nos intentions et de notre raison d’être.
  • Être capables de vivre en étant ancrés dans nos valeurs fondamentales.
  • Être simplement capables d’être vrais et authentiques dans tous les aspects de nos vies.
  • Être capables de nous aimer pour qui nous sommes avec une touche d’auto-compassion et d’auto-compréhension.

Comment reconnaître votre façon d’être

Il est possible que vous n’en soyez pas conscient, mais vous avez clairement une façon d’être et elle a un impact sur votre vie.

Le premier défi que j’aimerais vous proposer est de commencer à la reconnaître. Pour ce faire, essayez cet exercice simple : pendant une période d’une semaine ou deux, prenez un moment en soirée pour réfléchir à votre journée. Posez-vous les questions suivantes :

  • Quelles sont quelques-unes des choses dont vous avez parlé le plus aujourd’hui? Quels étaient vos sentiments envers ces choses? Comment en parliez-vous ?
  • Quelles sont quelques-unes des choses auxquelles vous avez pensé le plus aujourd’hui? Quels étaient vos sentiments envers ces choses? Comment en parliez-vous?
  • Comment les gens autour de vous décriraient votre comportement aujourd’hui?

Ces questions sont des questions de base, mais l’idée est de prendre un moment pour mieux prendre conscience. À la fin d’une semaine, quelles sont les choses qui reviennent le plus? Qu’est-ce que cela vous dit sur votre façon d’être?

Comment changer votre façon d’être

C’est une question intéressante car vous voyez peut-être cela avec un filtre noir ou blanc; si j’adopte ce comportement c’est bon, mais si j’adopte cet autre comportement, c’est mauvais.

Le but n’est pas de vous donner des points ou de faire des changements drastiques. Si vous tentez de modifier un « mauvais » comportement sans en connaître la source, il va probablement revenir sous une autre forme. Pensez à de l’eau qui s’écoule par un trou dans un baril, si vous ne faites que boucher ce trou, l’eau va potentiellement s’écouler ailleurs à la place.

Changer votre comportement veut dire apprendre et pratiquer de nouvelles habitudes jusqu’à ce qu’elles deviennent votre comportement par défaut. Vous pouvez faire cela en pratiquant de nouveaux comportements encore et encore dans un environnement sécuritaire. Au début, ça sera probablement inconfortable, mais plus vous le pratiquez, plus cela deviendra confortable.

Par exemple, si vous êtes un intraverti qui reste dans son coin au travail, essayez ceci : pendant une semaine, quand vous arrivez au travail chaque matin, allez dire « Bonjour! » à au moins 5 à 10 personnes avec un gros sourire et une poignée de main. Après une semaine, que pouvez-vous remarquer à propos de votre relation avec ces personnes? Que pouvez-vous remarquer de différent à l’intérieur de vous? Quelles étaient les différences pour vous entre la première et la dernière journée à faire l’exercice?

Manière d’être versus savoir-être

Une autre distinction importante et subtile est celle entre votre manière d’être un leader et votre savoir-être en tant que leader.

Parfois, vous partagez peut-être votre manière d’être un leader. Parfois cela peut se résumer à des choses à faire ou une recette. Fait ceci, ceci et cela et tu seras un leader. La réalité est que cela ne touche pas nécessairement à votre savoir-être, vous répétez possiblement la recette de quelqu’un d’autre au meilleur de vos capacités.

À l’envers de la médaille, lorsque vous parlez de votre savoir-être en tant que leader, la conversation ne sera probablement pas tout à fait la même. Vous allez avoir plus tendance à parler de comment vous vivez le rôle de tout votre être. C’est votre savoir-être qui est à la base (valeurs, actions, comportements, raison d’être) de ce qui donne aux gens l’envie de vous donner la permission de les mener.

Au cours de l’année durant laquelle j’ai fait cette présentation, ma mission était de comprendre ce qu’était le savoir-être. Ça voulait dire quoi au juste? Ça fait drôle un peu d’en parler comme ça, mais j’étais très rationnel et il fallait que je comprenne. Quand j’ai réalisé que par défaut, j’avais une façon d’être avec les gens et que j’avais déjà un certain savoir-être, j’étais abasourdi!

Depuis ce temps, j’ai appris à remarquer beaucoup plus mon savoir-être auprès des gens. J’ai aussi remarqué la richesse de ma connexion avec les gens quand je suis pleinement présent avec eux. L’autre chose que j’ai remarquée est comment ma façon d’être et mon savoir-être peuvent calmer les gens et les inspirer à sortir de leur zone de confort.

Qu’est-ce qui vous définit dans votre savoir-être en tant que leader? Qu’est-ce que vous amenez aux autres lorsque vous êtes présent et que vous laissez les gens vous voir tel que vous êtes? Quelles possibilités cela peut créer autour de vous?

Leave a Reply